Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 12:37

L’association « Kabellion » qui œuvre pour la protection et la mise en valeur du patrimoine de Cavaillon communique.


Le patrimoine juif de Cavaillon est menacé.

L’un des plus importants et des plus anciens ensembles immobiliers appartenant au patrimoine juif de France se trouve à Cavaillon.

Il s’agit d’une « Carrière » ou ghetto juif du XVIIIe siècle parvenue intacte jusqu'à nous avec son puits, ses maisons dont du celle du rabbin, la boulangerie rituelle, le mikveh ou bain rituel juif et bien sûr, la très belle synagogue.

Cet ensemble est menacé en grande partie par un projet immobilier mené par la Fondation Calvet d’Avignon.

 

Le projet de la Fondation Calvet, une destruction inacceptable du patrimoine cavaillonnais…

Attenant à la synagogue, l'îlot Jouve est l'âme de la Carrière juive de Cavaillon. Il comprend la maison du rabbin, les bains rituels, une cour intérieure et de beaux éléments architecturaux du XVIIIe siècle constituant l’essentiel du ghetto juif.

La destruction par un projet immobilier de cet ensemble unique et encore intact est à la fois une atteinte irrémédiable à un élément majeur du patrimoine culturel français ainsi qu’au patrimoine cultuel juif.

 

Le projet de la Fondation Calvet a pour seule motivation l’argent…

La Fondation Calvet n’agit pas en institution culturelle, mais en promoteur immobilier !

Contrairement à ce qu'elle prétend, elle n'a aucun projet muséographique crédible à Cavaillon ; elle a laissé son patrimoine à l'abandon pendant 70 ans et souhaite à présent réaliser une opération financière en massacrant et en vendant à la découpe le cœur du ghetto.

 

Le projet de la Fondation Calvet trahit la mémoire de la famille Jouve.

C'est avec confiance que la famille Jouve avait légué ce patrimoine à la Fondation Calvet afin de le rendre inaliénable en raison de sa valeur historique, et pour que ce lieu remarquable profite aux habitants de Cavaillon.

La famille Jouve envisageait d’installer en ces lieux un projet culturel avec les archives, une bibliothèque, un musée. Ce sera finalement un projet financier de logements à vendre…

Le projet de la Fondation Calvet trahit l'esprit du legs et en dépossède les véritables destinataires : l’ensemble des Cavaillonnais.

Ce projet immobilier est honteux et constitue une injure à la mémoire des Jouve.

Malheureusement, la famille Jouve n’a plus de descendant pour réclamer des comptes à la Fondation Calvet : c’est donc aux Cavaillonnais d’exiger le respect de leur mémoire !

 

Une seule solution : la cession de l’îlot Jouve à la ville de Cavaillon.

En considérant que le très important legs des Jouve a presque uniquement profité au Musée Calvet d'Avignon, par décence et par équité la Fondation Calvet s'honorerait de ne pas attenter à leur maison, et de la laisser désormais aux Cavaillonnais.

La Fondation Calvet y gagnerait en crédibilité culturelle. C’est la condition pour que le projet immobilier se transforme en projet culturel.

 

Quel est l’intérêt de l’îlot Jouve ?

Notre pays possède de nombreux lieux de mémoire pour la culture juive dont certains sont protégés au titre des monuments historiques. L’immense majorité de ce patrimoine témoigne de la gravité des événements historiques qui se sont déroulés sur notre sol : camps, centre d’internement, monuments de martyrs et cimetières sont les témoins d’un patrimoine marqué par la mort.

A Cavaillon, le patrimoine juif est en totalité dédié à la vie. Il témoigne de l’existence heureuse d’une communauté en Provence à la fin du XVIIIe siècle.

Même si ce quartier est appelé ghetto, les édifices que nous découvrons témoignent d’une intégration réussie de la population juive au sein de la communauté catholique de l’époque.

Par ailleurs, la communauté juive de Cavaillon s’étant dispersée pendant tout le XIXe siècle, il n’y avait plus d’habitants juifs au moment des heures funestes de la Seconde Guerre Mondiale. Le site cavaillonnais est donc exempt des événements qu’ont pu connaître les autres ghettos de l’Est de l’Europe.

Le Patrimoine juif de Cavaillon est ainsi le seul exemple européen témoignant de la vie harmonieuse d’une communauté juive pendant tout le temps de sa présence à Cavaillon.

C’est donc un témoignage unique au monde.

 

Quel est le vrai projet de la Fondation Calvet ?

La Fondation Calvet a déjà tenté de vendre l’îlot à un promoteur afin d’y réaliser un immeuble de logements en 2007 et ce, malgré l’opposition de la municipalité. Depuis, elle n’entretient qu’à minima cet ensemble immobilier qui est fermé au public et abrite des collections dont l’état de conservation ne cesse de se dégrader.

Le projet immobilier est toujours d’actualité et le permis de construire peut être déposé à tout moment. Il est d’ailleurs présenté sur le site de la Fondation Calvet via la rubrique les musées et l’onglet « musée Jouve » ou « Musée juif comtadin ». Les plans y sont consultables à partir de l’onglet « participez à la réhabilitation du ghetto juif ».

Ces documents montrent très nettement que les constructions existantes, majoritairement à un étage, reçoivent deux étages supplémentaires, ce qui dénature de façon irrémédiable ces édifices. Cette surélévation nécessite surtout de démolir les constructions anciennes, pour reconstruire derrière les façades une structure nouvelle en béton armé capable de supporter les nouveaux étages. En terme technique, l’habillage d’un immeuble neuf avec des façades anciennes s’appelle un « façadisme » : cette supposée réhabilitation n’est autre qu’un vulgaire façadisme dissimulant la destruction du ghetto juif cavaillonnais.

Lors de cette opération immobilière, la totalité de l’îlot juif est vendue à un promoteur pour y aménager des logements. Les espaces difficilement transformables en appartements, c’est-à-dire le rez-de-chaussée, ne sont pas aménagés, à charge pour la ville de financer les 800 000 euros de l’aménagement avec l’argent du contribuable pour y créer un petit musée (un musée ridicule pourrait-on dire !) alors que la Fondation se sera enrichie au détriment des Cavaillonnais par la vente de la totalité de l’îlot. Après les travaux, l’immeuble sera ensuite revendu à la découpe aux futurs acquéreurs des logements.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nombre de visiteurs

depuis le 01/11/2010

Rechercher