Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2018 1 09 /04 /avril /2018 13:50

 

 

 

CONFÉRENCE

 

 

Samedi 14 avril 2018

 

 

à 14h30

 

 

Cathédrale de Cavaillon

 

 

 

 

ART ET DÉVOTIONS

 

 

DANS L'ORDRE DU CARMEL

 

 

 

par

 

 

 

JEAN-MICHEL SANCHEZ

 

 

Docteur en Histoire de l'Art Sacré 

 

 

Université d'Aix-Marseille

 

 

     Outre la dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel et à son scapulaire, l'ordre du Carmel est aussi en grande partie à l'origine du culte à Saint Joseph et à l'Enfant-Jésus, ce dont l'histoire de l'art se fait largement l'écho.

     Deux tableaux provenant de l’ancien Carmel de Cavaillon et accrochés aujourd’hui dans la chapelle du Rosaire de la cathédrale, représentant l’un la Sainte Famille, l’autre Saint Joseph, tenant dans ses bras l’Enfant Jésus, témoignent de cette dévotion. Proviennent également du couvent des Carmélites les quatre grandes statues de Saint Joachim, Sainte Anne, le prophète Élie et Saint Jean de la Croix, mais aussi deux autres tableaux représentant des visions de Sainte Thérèse d’Avila, la Transverbération et le don du clou et du collier.

 

La Sainte Famille et Sainte Thérèse, le Mariage mystique de Sainte Thérèse, Saint Joseph et l'Enfant Jésus
La Sainte Famille et Sainte Thérèse, le Mariage mystique de Sainte Thérèse, Saint Joseph et l'Enfant Jésus
La Sainte Famille et Sainte Thérèse, le Mariage mystique de Sainte Thérèse, Saint Joseph et l'Enfant Jésus

La Sainte Famille et Sainte Thérèse, le Mariage mystique de Sainte Thérèse, Saint Joseph et l'Enfant Jésus

 

   Melchior de Bus, petit-neveu de César de Bus, décida de fonder un monastère de filles de Sainte Thérèse, à Cavaillon.

    Le 7 mars 1668, quatre Carmélites d’Avignon et quelques dames respectables partirent pour Cavaillon. Elles furent accueillies par  les applaudissements de la population. L’évêque Jean-Baptiste de Sade de Mazan les reçut avec tout son clergé, et fit sonner les cloches ; il les conduisit à la cathédrale pour y adorer le Très-Saint-Sacrement et voir les reliques. Il fit interpréter un Te Deum et quelques motets.

     Mère Claire du Très-Saint-Sacrement formait les Carmélites à la broderie en or et soie ; elle réalisa aussi un tableau du Père Jean de la Croix.      

     En 1678 elles terminèrent leur église et achetèrent des tableaux. Mère Claire plaça dans les niches à côté de la grille deux statues en bois doré de l’Enfant Jésus et de la Très Sainte Vierge.

      (d’après le texte de Sœur Marie Gertrude de l’Enfant Jésus, l’une des 4 Carmélites venues d’Avignon, écrit en 1706)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nombre de visiteurs

depuis le 01/11/2010

Rechercher