Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 20:42

 

Robion-orgue-et-trompettes-1-copie-1.jpeg

Concert donné au profit de la paroisse

Partager cet article

Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 21:01

 

Proposé par ORGUE EN AVIGNON

en partenariat avec KABELLION


CAVAILLON-Route-des-Orgues-2013.jpeg

 

Guillaume ANTONINI, violon

Walter GRIMMER, violoncelle

Luc ANTONINI, orgue

 

ORANGE-26-05-2013DSC08394-bis-copie-1.jpg

(Orange le 26 mai 2013)


    PROGRAMME


Prélude  et Fugue  en La mineur BWV 543 pour orgue.

 

Extrait de la Partita II en Ré mineur BWV 1004 pour violon seul:

Chaconne

 

Toccata et Fugue en Ré mineur BWV 565 pour orgue.

 

Suite N°3 en Ut majeur BWV 1009 pour violoncelle seul:

Prélude

Allemande

Courante

Sarabande

Bourrées I et II

Gigue

 

Extrait des VI Sonates pour violon et clavecin:

Sonata III en Mi majeur BWV 1016:

Adagio

Allegro

Adagio ma non tanto

Allegro

(adaptée pour violon, orgue et violoncelle)

 

 

     Prix d'entrée: 10 €

 

     Renseignements: www.orgueenavignon.org

      www.kabellion-leblog.fr (contact)

      kabellion@free.fr

 

                                              logo01-copie-2.gif   logo_orgue-AVIGNON-copie-1.jpg


 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 20:31

 

Capture d’écran 2013-03-02 à 21.40.59

CONFÉRENCE

SAMEDI 15 JUIN à 14h30 

Salle Bouscarle à Cavaillon

 

 

LOUIS MALACHIER (1823-1900)

LE MEUNIER SCULPTEUR DE LACOSTE

par Yves Le Mahieu



Son installation à Lacoste  lui permet de fréquenter les nombreux carriers qui exploitaient la pierre à côté de son moulin.

Peu à peu, il se met à créer des œuvres de facture naïve et d'inspiration variée, souvent historique, parfois fantastique, ce qui pose le problème non encore résolu des sources auxquelles puisait son imaginaire.

Le fait que ses sculptures, laissées à l'abandon après sa mort à côté de son moulin, et sur les pentes des terrains alentour, aient au fil du temps quasiment disparu, a entretenu bon nombre de légendes sur sa vie et son œuvre.

Établir la biographie du personnage, à partir des éléments incontestables était aussi passionnant que difficile : en effet, l'homme reçut un prénom à l'État-Civil, mais en eut un autre, usuel, tout au long de sa vie.

La conférence retracera la vie du meunier-sculpteur et sera illustrée par de nombreux documents. 


 

Capture-d-ecran-2013-05-31-a-23.36.59-copie-1.png


Partager cet article

Repost0
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 21:21

 

NE MANQUEZ PAS CE CONCERT EXCEPTIONNEL

La XIe Route des Orgues en Vaucluse

et en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur,

organisée par l’association Orgue en Avignon,

passe, cette année, par Cavaillon !


Capture-d-ecran-2013-05-30-a-23.38.26.png

 

Guillaume Antonini: violon

Luc Antonini: orgue

Walter grimmer: violoncelle


     Guillaume Antonini

débute le violon à l’École Nationale de Musique de la ville de Nîmes et obtient en 1995 une médaille d’or de violon et de musique de chambre, ainsi que le Grand Prix de la ville de Nîmes.
 Puis il intègre le Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt où il obtient en 1999 un premier prix de violon et de musique de chambre.
 Parallèlement il se perfectionne auprès de Jean-Jacques Kantorow à Rotterdam et reçoit, en 2000, le deuxième prix du concours de cordes d’Épernay.
 Il obtient au cours de l’année 2004 le Diplôme National d’Études Supérieures Musicales du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon.

     Guillaume Antonini est premier violon dans le Quatuor Leonis, créé en 2004, qui en 2006 gagne le troisième prix de la Fondation « Geneva International Music Competition » ; suivront de nombreux concerts à la Salle Pleyel et au Théâtre du Châtelet à Paris, au Festival Santa Cecilia à Rome et au Festival de Musique de Chambre de Norfolk en Amérique du Nord. En 2008, Olivier Py fait des quatre musiciens des « artistes en résidence » au Théâtre National de l’Odéon à Paris. Cette année, ils débutent une résidence au théâtre de la Cartoucherie à Paris. De plus, Guillaume Antonini est membre de l’ensemble de jazz Swing de Paris.

    Walter Grimmer débute l’étude du violoncelle dans la classe de Franz Hindermannet à  15 ans, entre au Conservatoire de Zurich et suit les cours de Richard Sturzenegger. Il obtient le diplôme de la Confédération Suisse pour l’enseignement et le diplôme de virtuosité. Pendant plusieurs années, il suit les master-classes de Maurice Gendron, d’abord à Sarrebruck, puis à Paris. Les cours de perfectionnement de Pablo Casals et Enrico Mainardi à Rome complètent sa formation musicale.

  


      À 26 ans, Walter Grimmer est premier violoncelle solo de l’orchestre Symphonique de Berne, sous la baguette de Paul Klecki et Charles Dutoit. Il quitte l’orchestre en 1971 pour rejoindre le Quatuor de Berne. Membre du Quatuor de Berne et soliste de la Camerata de Berne, il fait de nombreuses tournées au Japon, en Chine, en Corée, aux USA, dans l’ex-URSS. De 1994 à 1999, il s’est régulièrement produit avec l’Ensemble Accroche Note de Strasbourg. Il participe à de nombreux festivals.


     Il crée des œuvres de musique de chambre et des concertos ; beaucoup lui sont dédiés. Soliste et chambriste, Walter Grimmer est aussi à l’aise dans la musique contemporaine que dans les ouvrages classiques et romantiques. Il a enregistré, notamment, l’intégrale des œuvres de Mozart et de Schubert pour trio et duo, ainsi que les Sonates de Brahms. De 1966 à 1987, Walter Grimmer enseigne au Conservatoire de Berne, puis, jusqu’en 2002, au Conservatoire de Zurich. Il est invité à donner des master-classes dans le monde entier.

               Walter Grimmer a édité « L’art du violoncelle », le testament artistique de Maurice Gendron.

   



Luc Antonini commence des études musicales dans sa ville natale avant d’entrer au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient six Prix dont celui d’orgue à l’unanimité.


 
     Il débute très vite une carrière de concertiste qui le mène dans les plus grandes villes d’Europe et dans les festivals les plus prestigieux. Il enseigne l’orgue au Conservatoire à Rayonnement Régional de Montpellier-Agglomération. Il est titulaire de l’orgue Barker et Verschneider de la Collégiale Saint-Agricol d’Avignon, et co-titulaire de l’orgue doré italien de la Métropole Notre-Dame des Doms à Avignon.


     Fondateur et Président de l’Association Orgue en Avignon et directeur artistique du Cycle de Musiques Sacrées du Festival d’Avignon, il contribue ainsi à la mise en valeur et au rayonnement du Patrimoine Historique des orgues d’Avignon et de sa Région. Son vaste répertoire lui permet d’aborder une littérature très variée du 17ème siècle à nos jours. 
Il a par ailleurs enregistré plusieurs CD toujours unanimement salués par la critique.


     Luc Antonini est aussi compositeur. Il a écrit plusieurs messes ainsi qu’une série de plusieurs pièces pour orgue soliste intitulées « Dialogus ». Il a écrit une œuvre pour quintette à vent et piano, qui a été créée en 2008 à Avignon dans le cadre des commémorations du Centenaire de la naissance d’Olivier Messiaen. Il a orchestré les « Trois Danses pour orgue » de Jehan Alain, créées par l’Orchestre National du Capitole de Toulouse dans le cadre du Festival 2007 Toulouse les Orgues. Une ultime version révisée de cette orchestration fut interprétée en décembre 2011 par l’Orchestre Lyrique de Région Avignon-Provence sous la direction de Benjamin Ellin. Les Trois pièces pour orgue, « Prélude », « Interlude » et « Postlude » d’après la « messe Lux et Origo » viennent d’être éditées aux éditions Doblinger, à l’initiative de European Cities of Historical Organs, dans le recueil intitulé Nuovi Fiori Musicali.

 



 

  •                      AU PROGRAMME DE CE CONCERT


                              •  

                                                                                                                                                    • Prélude et fugue en La mineur BWV 543 pour 

  •    Prélude et fugue en La mineur BWV 543 pour orgue

  Extrait de la Partita II en Ré mineur BWV 1004 pour violon seul: Chaconne

  Toccata et fugue en Ré mineur BWV 565 pour orgue    

 

  Suite N°3 en Ut majeur BWV 1009 pour violoncelle seul : Prélude, Allemande, Courante, Sarabande, Bourrées I et II, Gigue


   Extrait des VI Sonates pour violon et clavecin : Sonata III en Mi majeur BWV 1016 : Adagio, Allegro, Adagio ma non tanto, Allegro (adaptée pour violon, orgue et violoncelle). 

 

Tarif unique : 10 € 

Renseignements : www.kabellion-leblog.fr     et    www.orgueenavignon.org

  kabellion@free.fr

            

                                                                                           

    

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 21:11

 

image003

 

 

À l'initiative de l'Association ORGUE EN FRANCE, la première édition du Jour de l’Orgue, en 2012, a remporté un réel succès avec plus de 600 manifestations et a réuni des dizaines de milliers d’auditeurs.

Exceptionnellement cette année, cet événement national viendra s’adosser au Jour Mondial de l’Orgue (6 Mai), initié par la cathédrale Notre-Dame de Paris, dans le cadre de son 850e anniversaire, qui souhaite mettre en valeur l’orgue et  fédérer des centaines de lieux dans les cinq continents. 

Le Jour de l'orgue a obtenu le soutien et le parrainage de la Ministre de la culture et de la communication.

 

Comme l'an dernier, KABELLION participe à cette manifestation nationale, en collaboration avec ORGUE EN AVIGNON et avec Les Amis de l'Orgue de Robion.


DIMANCHE 5 mai à 16H


 Cathédrale Saint-Véran de CAVAILLON


Ada BONORA, mezzo-soprano


Frédéric BARROT, titulaire de l'orgue de l'église

Saint-Symphorien-les-Carmes d'Avignon.


Au programme :


 

Benedetto MARCELLO (1686-1739)


Fugue en sol  (orgue )


Girolamo FRESCOBALDI (1583-1643)


Toccata per l'Elevazione (orgue) 


Antonio VIVALDI (1678-1741)


Nisi Dominus  (orgue et voix d'alto)


Gabriel FAURÉ (1845-1924)


Salutaris (chant et orgue)


César FRANCK (1822-1890)


Andantino (orgue)


Camille SAINT-SAËNS (1835-1921)


Ave Maria (chant et orgue )


Maurice DURUFLÉ (1902-1986)


Pie Jesu (chant et orgue)


Déodat de SÉVERAC (1872-1921)


Petite suite scholastique  (orgue) 


Salve Regina (chant et orgue)


Libre participation aux frais

 


DIMANCHE 5 mai à 18H

 

 Église de ROBION

 

 

Michel TESTENIÈRE, trompette


 

Jacques REY, orgue


Au programme:


 

J. CLARKE (1674-1707) :

Trumpet Voluntary (Marche du Prince de Danemark)

 

D. BUXTEHUDE (1637-1707) :


Vater unser, Herr Christ, Herr Jesu Christ.


M. GREENE (1695-1755) :

Trumpet Tune

 

J.-S. BACH (1685-1750) :

 

Nun komm, der Heiden Heiland ;  Gelobet seist du, Jesu  Christ ;  Jesu meine Freude ;  Wenn wir in höchsten Nöten sein-Herr ; Wo soll ich fliehen hin .

 

 

J.-B. LŒILLET (1688- ?) dit LŒILLET de GAND : Sonate en si b

 

D. BUXTEHUDE (1637-1707) : Prélude et Fugue en Fa # mineur.

 

H. PURCELL (1659-1695) : Sonata in Si b maggiore

 

J.-S. BACH (1685-1750) : Trio en do mineur.

 

W.-A. MOZART (1756-1791) : Agnus Dei de la Messe du Couronnement.

 

NAUSS (fin XVIIIème) : Prélude, Aria, Fugue.

 

J.-J. MOURET (né à Avignon) (1682-1738) : Rondeau des Symphonies pour le Roy

 


      Libre participation aux frais


 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 21:06

Capture d’écran 2013-03-02 à 21.40.59

SORTIE


Jeudi 4 avril 2013


 « Visite de Barbentane »

 

Départ en covoiturage de la place du Clos à 13H ou rendez-vous à l'Office de Tourisme de Barbentane à 14H pour la visite du village. (Durée 1H30 à 2 H).

À 16H30, début de la visite du château (durée 45 minutes).

Tarif : 9€ par personne

Inscription et chèque à l'ordre de Kabellion, à envoyer à :

Anne-Marie Escoffier, 1029 Ancien Chemin du Vieux Taillades,

84300 Cavaillon.


Renseignements au 04-90-78-17-20

***

"Le Château de Barbentane, surnommé Le Petit Trianon du Soleil fut construit à partir de 1674 par l'architecte Louis-François de la Valfenière pour n'être achevé dans son état actuel qu'à la fin du XVIIIe siècle. C’est en effet à Joseph-Pierre Balthazar de Puget, Marquis de Barbentane, Ambassadeur du Roi Louis XV à Florence de 1768 à 1788, que l’on doit la somptueuse décoration des pièces de réception, ornée de stucs et de marbres de Carrare, constituant un cadre exceptionnel pour un riche mobilier d’époque Louis XV et Louis XVI que l’on peut toujours admirer. Le château est entouré de terrasses à l’italienne ornées de motifs sculptés, dominant un parc planté de platanes tricentenaires. Cette demeure, considérée comme le plus italien des châteaux de Provence, a traversé sans dommage la période révolutionnaire. Elle est toujours habitée par le Marquis de Barbentane qui s’efforce d’en assurer la continuité." (O.T. Barbentane)


Capture-d-ecran-2013-03-10-a-22.54.53.png


-----------------------------Fiche à copier et à envoyer : -----------------------

 

Nom et prénom :

Adresse :

N° de téléphone :                                    portable:

Nombre de personnes…….                 Demande de covoiturage……..

Chèque: ……€

Propose des places de voiture (nombre) :  

Cocher la case:

  • Partira de la place du Clos à 13h ☐ 
  • Retrouvera le groupe à l'Office de Tourisme de Barbentane à 14h ☐  

 


 

  

Partager cet article

Repost0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 21:02

Capture-d-ecran-2013-03-02-a-21.40.59-copie-1.png

 

CONFÉRENCE

 

Samedi 16 Mars 2013

Salle Bouscarle -  14 h 30


« Le costume comtadin »

 

par  Marie-Paule Brès

"Marie-Paule Brès, issue d'une génération de Comtadins développe très tôt une passion pour son appartenance familiale au Comtat Venaissin et à tout ce qui s'y rattache.

Dès l'adolescence elle s'initie au costume comtadin, à son histoire et à sa confection après des recherches très approfondies sur la manière de le porter, dans le milieu rural particulièrement."

 

 

 Au cours de cette conférence, elle expliquera les costumes portés dans le Comtat aussi bien par les enfants que par les adultes, dans différentes circonstances.

Marie Paule Brès est née et réside à Pernes-les-Fontaines. Comtadine « dóu pedas », elle animera la présentation en costume.


 

Capture-d-ecran-2013-03-02-a-21.43.42.png

 

Automobilistes, attention!

Le Carnaval partira de la place du Clos à 15h,

nous vous conseillons donc d'éviter ce secteur

 pour vous rendre à la salle Bouscarle samedi...  



 

Partager cet article

Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 21:45

andre-hyacinthe-sabatier-01.jpgNé le 18 décembre 1726 à Cavaillon, fils d’Antoine, maçon qui travaille à l’attique de l’hôtel de ville et de Thérèse Farland, André Hyacinthe Sabatier voulant se perfectionner dans l’art d’écrire va à Paris en 1752 ; il devient le précepteur d’un des fils naturels du prince de Soubise et publie « Odes nouvelles et autres poésies ».

Grâce à son talent, il est admis dans les meilleurs cercles et salons. Ses écrits plaisent plus que ses poésies lyriques. On lui doit un « Poème sur la bataille de Lutzelberg » (1758) où le prince de Soubise, Charles de Rohan, bat l’armée de Hanovre, une Ode à Mgr le Dauphin sur le bonheur des Peuples (1766) et « Le discours sur le préjugé qui note d’infamie les parents des suppliciés » (1769) ; ce texte sera reconnu comme l’une de ses meilleures productions. Bref, ce méridional se fait une bonne réputation dans les milieux littéraires. Surnommé « le Pindare (1) cavaillonnais », Sabatier est nommé professeur d’éloquence au prestigieux collège royal de Tournon de 1768 à 1776, après la suppression des Jésuites en 1763. A l’arrivée des Oratoriens en 1776, le professeur retourne à Paris où il est pensionné du roi.

Malheureusement les espérances qu’il laissait promettre par ses œuvres ne l’élevèrent pas très haut. La critique d’alors est partagée. Pour l’un « depuis Rousseau aucun poète n’avait touché avec plus de succès ». Pour l’autre il écrit « dans un style, froid, amphigourique, sec… ».

Mais c’est aussi un Provençal ; il écrit : « La France a d’autres provinces chansonnières… Il n’y a point d’idiome en France plus riche, plus doux, dont les mots soient si expressifs, si pittoresques, & par conséquent plus propres à la Poésie, que le Languedocien…».

Toujours lyrique, il écrira une « Ode à la ville de Marseille, au sujet de la statue équestre qu'elle doit élever au roi dans la principale place formée sur le terrain de l'arsena », « une Oraison funèbre » à la mort de Louis XV. Ses œuvres portent aussi sur « Humbert II ou la Réunion du Dauphiné à la France ». Des Discours, des Odes en chant complètent sa prolifique production…

Collaborateur du « Journal de la Langue Françoise » qui le salue dans son premier numéro de 1784, il sera le maître du révolutionnaire exalté Charles Barbaroux.

La Révolution le trouve dans sa ville natale où il se laisse entraîner par les idées du moment. Il a 67 ans. C’est un homme de grande taille, 1,76 m aux cheveux gris, les yeux bleus, un petit nez et une bouche moyenne dans un visage rond ; il habite rue Egalité (rue Raspail).

En 1794 il fait partie du sévère Comité de Surveillance dont les douze membres ont été choisis par le rigoureux représentant en Mission, Etienne Maignet parmi les patriotes ; ils traquent les émigrés et suspectent les négligents. La Révolution aime les discours enflammés, flatteurs avec des références classiques ; c’est l’affaire de Sabatier ; il en prononce un, « vraiment digne de la sublimité », relatif à l’Être Suprême qui sera imprimé dans le Courrier d’Avignon . Son engagement politique lui permet d’obtenir un certificat de civisme dont il a fait « la preuve sans équivoque». Son autorité et sa renommée aident à la libération de détenus dont l’épouse du maire Dupuy, enfermée à Avignon.

La détérioration d’un arbre de la Liberté, est l'occasion pour Sabatier de partir dans des envolées lyriques propres à réchauffer les âmes tièdes : « Un cri d’indignation a retenti dans toute la commune, l’arbre sacré de notre régénération a été outragé ; la Liberté en deuil a gémi un instant couvert d’opprobres et tous les vrais enfants, pénétrés d’une douleur profonde, l’ont exhalée par des gémissements sincères qu’ils ont déposés dans le sein de leurs magistrats en invoquant la vengeance nationale sur les mains sacrilèges qui ont osé attenter dans les ténèbres à l’auguste symbole de leur divinité favorite ».

Le 3 août 1794, le représentant en mission Maignet, « instrument sans pitié du Comité de Salut Public », met en place les nouvelles autorités municipales. Cette épuration installe des citoyens choisis après enquête parmi « les patriotes, les plus énergiques pour réorganiser les autorités constituées de Cavaillon ». Sabatier sera le premier désigné.

On a beau changer les hommes, les problèmes demeurent ; les réquisitions continuent. Prévue par roulement de deux décades, Sabatier laisse régulièrement sa place, « le temps de la Présidence ayant expiré », le 23 août 1794.

Pendant son court mandat, il s’adresse ainsi à ses collègues : « Citoyens collègues, vous avez été pénétrés de l’indignation la plus vive au récit des attentats du Catilina de la France, Robespierre; cet homme audacieux autant qu’hypocrite n’avait renversé le trône des Capet que pour s’y asseoir; et vous avez applaudi à l’énergie du courage, à la grandeur et à la sagesse des mesures de vos représentants qui ont su rendre vains les efforts du tyran et de ses complices. Je propose une adresse de félicitations à la Convention Nationale pour avoir découvert la conspiration de Robespierre et le juste supplice des conjurés ».

On peut s’étonner de la place occupée par le poète. Il faut savoir que d’une part Mainier entendait mener une politique culturelle et que d’autre part, un de ses commissaires les plus ardents, Jean Antoine Ruchon, un Cavaillonnais était le propre neveu de Sabatier (fils d’Angélique, sœur d’André).

Sabatier part ensuite en 1796 à l’Ecole Centrale du Var comme professeur de Belles Lettres, puis professeur d’Histoire et d’Humanités à celle de Carpentras. Ces établissements nouvellement créés engagent des professeurs de valeur. Le rhétoricien continue à s’intéresser aux beaux discours ; dans celui de la distribution des prix de l’Ecole Centrale du Vaucluse en l’an VI, il salue le génie grec. En 1801, ces Ecoles deviennent Lycée ; Sabatier qui a 75 ans se retire à Avignon chez son neveu Ruchon.

Une nouvelle académie, l’Athénée, y est fondée en 1801. Sabatier, « dont le zèle et les connaissances distinguées honoreront cet établissement », est l’un des membres fondateurs ; il continue d’écrire, en particulier lorsque l’Athénée décide d’élever à Fontaine de Vaucluse une colonne en l’honneur de Pétrarque. Il pense même à un opéra sur cet auteur qui pourrait être confié à Méhul.

Puis sa santé s’altère au point qu’il ne peut venir lire ses poèmes à l’Athénée. Membre de l’Académie des Belles Lettres de Marseille, correspondant de la société agricole, commerciale et littéraire de Carpentras, le gouvernement lui accorde une pension annuelle de cinq cents francs payable de mois en mois sur la caisse du Trésor. Il n’en jouit pas longtemps puisqu’il meurt le 16 août 1806, 6 rue Viéneuve chez son neveu à qui il laisse une petite fortune. Son talent lui valut de figurer sur le Dictionnaire Universel du XIXe siècle. Ses œuvres, étalées sur près de trente ans ont été imprimées en deux volumes à Avignon en 1779.

André Hyacinthe Sabatier avait de l’intelligence, de l’éloquence et de la générosité. C’est aussi un parisien. Même s’il a écrit un « Discours touchant de l’influence de l’agriculture sur les mœurs », il reste loin des réalités. Sa conviction dans un nécessaire changement de société l’a amené à prendre pendant un court temps des responsabilités politiques, mais il reste un poète qui écrit avec facilité et bon goût.

 

                                                                                                               Jean Giroud   


(1) Pindare, poète lyrique grec (500 av. J-C).

(2) Il y déclare, après avoir traité le clergé « d’infâme corrupteur, hommes tirés du bourbier des vices » : « Être des Êtres, ne permet pas que les vices et les erreurs viennent ternir ton image ».

(3) Maignet se fera connaître pour sa cruauté à Bédoin et à Orange (plus de 300 guillotinés).

 

 

MAIN-SABATIER.jpg  SIGN-SABATIER.jpg

 

 


Partager cet article

Repost0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 21:40

 

 

Restauration de trois partitions de la cathédrale

décembre 2012 à mars 2013

 

Publications

"Nos soldats témoignent" et "Castil-Blaze"

 

Cheval-Blanc

Restauration du choeur et d'une tapisserie

décembre 2012

 

Sortie à Aix-en-Provence

Triptyque du Buisson Ardent avec Marie-Claude Léonelli

Musée Granet et Saint-Jean-de-Malte

6 décembre 2012

 

Croix de mission

recherches 

septembre, octobre et novembre

 

Conférence: L'art au service de la mémoire

par Roberto Forniès-Alaiz

17 novembre salle Bouscarle

 

Foire de Cavaillon

Stand

9-12 novembre 2012

 

Restauration de la châsse de Saint Véran et dépôt des reliques

8 novembre 2012 

 

Colloque

Cavaillon au Moyen Âge

Missa Gotica par l'Ensemble Organum

18-19-20 octobre 2012

 

Sortie à Montpellier

Visite de la ville et exposition Le Caravage

28 septembre 2012


Prix Paul Faucher décerné à Jean Giroud

Académie de Vaucluse

6 octobre 2012 à la Mairie d'Avignon

 

Journées du Patrimoine

Visite guidée de la cathédrale

Expositions: "la Crucifixion" et "L'Orgue au fil du temps"

Concert d'orgue et chant par David Sénéquier

15 et 16  septembre 2012


Forum des Associations

8 septembre 2012

 

Reconnaissance des reliques de Saint Véran

8 septembre 2012 à la cathédrale

 

Participation à la Messe de la Saint Éloi

15 juillet 2012 à la cathédrale

 

20e anniversaire ACJP

  participation au Colloque

24 juin 2012 Salle du Grenier

 

Conférence Le Jardin d'Albertas

Par Louise Leates

Samedi 9 juin 2012 à Cavaillon


Concert à la cathédrale

Jour de l'Orgue en France

par les organistes d'Orgue en Avignon (Marie Escoffier, Chantal Lamoureux, Frédéric Barrot et Frédéric Monier)

Samedi 19 mai 2012 à Cavaillon


Conférence Joseph Delteil

Par Gladys Bouchard

Samedi 12 mai 2012 à Cavaillon

 

Un deuxième Hôtel d'Agar à Cavaillon

Par Christian Morand, Jean Giroud et Dominique Gros

Samedi 21 avril 2012 à Cavaillon

 

Conférence Castil-Blaze

Histoire d'un quartier

Par Jean Giroud et Jean-Claude Pieri

Samedi 14 avril 2012

Salle Bouscarle (Cavaillon)

 


Colloque

Cavaillon au Moyen Âge

Par François Guyonnet

18-19-20 octobre 2012

 

Conférence: Quartier Castil-Blaze

par Jean-Claude Piéri et Jean Giroud

samedi 14 avril

Salle Bouscarle


Accrochage du tableau "La Crucifixion"

Cathédrale Saint-Véran: chapelle Saint-Joseph 

après restauration

5 avril 2012


Centenaire du poème Lou Camin de Sant Jaque

Prouvençau de Cavaioun

Ville de Cavaillon

Samedi 24 mars 2012

En savoir +


Sortie à Salon-de-Provence

Jeudi 22 mars 2012

En savoir + 

 

Concert de musique baroque

Les Amis de Purcell, direction Patrice Boinet

Dimanche 18 mars 2012

Cathédrale de Cavaillon


Conférence 14-18 Nos soldats témoignent

Par Jean Giroud

Samedi 10 mars 2012

Cavaillon

 

Conférence Esprit Fléchier

Par Hélène Moreau

Samedi 18 février 2012

Cavaillon

 

Conférence Le Bailly de Suffren

Par le Dr Guy Rouvière

Samedi 28 janvier 2012

Cavaillon

 

Sortie à L'Isle-sur-la-Sorgue

Visite de la collégiale

Jeudi 26 janvier 2012


 

Le concert des Rois 

Par David Sénéquier (orgue et chant) et les chorales locales sous la direction de Régine Jouve

Dimanche 8 janvier 2012

Cathédrale de Cavaillon

 

Les activités de Kabellion en :

2011

2010 (et avant)

Partager cet article

Repost0
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 16:53

Kabellion (Haut centre)

CONFÉRENCE

Samedi 16 février 2013

CAVAILLON - Salle Bouscarle - 14h30


par Claude LAPEYRE

        

René CHAR 

 

C’est une conférence à ne pas manquer ! 

 Claude Lapeyre, ami de René Char qu’il a côtoyé pendant quelque vingt cinq ans, viendra nous faire découvrir l’homme et les poèmes de Char. Le poète, homme de révolte et de colère, ne peut se contenter d’un attentisme passif ; il participe activement à la Résistance. Cette implication politique retentit durablement sur le sens et la forme de sa quête poétique. Claude Lapeyre, spécialiste de René Char sera accompagné de Serge Bec qui nous lira des poèmes de René Char.


René Char croquis

      Faites savoir cette conférence de haut niveau autour de vous ! Merci.

 

 

Char-Rene.png

  

 



 



 

Partager cet article

Repost0

Nombre de visiteurs

depuis le 01/11/2010

Rechercher