Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 05:38

Exposition n° 1

Cavaillon sous la neige

 

Exposition n° 2

Familles du XXe siècle à Cavaillon

 

Exposition n° 3

Le hameau des Vignères

 

Exposition n° 4

Les chars du Corso

 

Si vous avez des propositions d'exposition, n'hésitez pas à nous contacter.

Partager cet article

Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 05:26

Merci aux personnes qui nous ont aimablement envoyé les photos ci-dessous.

 

1er Prix du Corso de Cavaillon - 1950

corso-01.jpgChar humouristique

Les Vignères en balade en l'an 2000 

Constructeurs :

Jacky Serre, René Dessaud, Lucien Vilhon

 

corso-02.jpgCorso de Cavaillon - Vers 1950

Aux Iles Hawaï

Char de 1e catégorie construit par Henri Pavon

 

corso1951b.jpgCorso de Cavaillon - 1951

 Les Contes de Grand-mère

Voiturette construite par Raoul Fauque

Photo Max Claude

 

Corso de Cavaillon - 1951

corso1951a.jpgLes Contes de Grand-mère

Voiturette construite par Raoul Fauque

Photo Max Claude


corso1950.jpg

Corso de Cavaillon - 1950

Photo Max Claude

 

 

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 11:40

  

livre malachierLouis Malachier

Peintre sculpteur à Lacoste

par Yves Le Mahieu

Disponible  au Foyer Rural de Lacoste 15€

 

sabatier

André Hyacinthe Sabatier

Par Jean Giroud

En savoir +
 

castil-blaze-histoire-d-un-quartier.jpgCASTIL-BLAZE Histoire d'un quartier

Par Jean Giroud et Jean-Claude Pieri

En savoir +
 

giroud-02Cavaillon de A à Z

Par Jean Giroud

 

cavaillon-en-images

Cavaillon en images

Par Hélène Chevaldonné-Maignan

 

cavaillon-peste-1720

Cavaillon et la peste de 1720

Par Jean Giroud

 

cavaillon-maires

Cavaillon et ses maires

Par Jean Giroud

 

cavaillon-vieux-les-asfeld

Cavaillon et Vieux-les-Asfeld

Par Jean Giroud

 

cavaillon-fait-la-fete

Cavaillon fait la fête

Par Jean-Claude Pieri & Jean Giroud

 

giroud-03

Cavaillon se souvient 1939-1945

Par Jean Giroud 

 

cavaillon-patrimoine-en-reconnaissance

Cavaillon, un patrimoine en reconnaissance

Par les Monuments Historiques

 

cesar-de-bus

César de Bus

 

giroud-01

De la rouelle à l'étoile

Par Jean Giroud

En savoir +

 

franchir-la-durance-cavaillon.jpgFranchir la Durance à Cavaillon

Par Jean-Claude Pieri

 

histoire-rues-quartiers-cavaillon

Histoire des rues et quartiers de Cavaillon

Par Jean Giroud

En savoir +
 

durufle.jpg

Hommage à Maurice Duruflé

Par le Musée de Louviers

 

couverture-saint-julien-cavaillonJe suis le canal Saint-Julien

Ouvrage collectif : Jacques Maigne et al.

Photographies : Stéphane Barbier, Bruno Doan... 

En savoir +

 

cathedrale-cavaillon.jpg

La cathédrale et l'arc romain de Cavaillon

Par Jules Zwaab

 

frise-romane-nord

La frise romane nord de la cathédrale

Par Elisabeth Sauze

 

luberon-de-cavaillon.jpg

Le Luberon de Cavaillon

Par Jean Giroud

 

le-pont-de-la-canau

Le pont de la Canaù

Par Robert Sadaillan

 

monument-gambetta.jpg

Le monument Gambetta

Par Jean Giroud

 

eveques-cavaillon-armoiries.jpg

Les évêques de Cavaillon et leurs armoiries

Par Les Amis de la Cathédrale et du Vieux-Cavaillon

 

monuments-morts-vaucluse.jpg

Les monuments aux Morts dans le Vaucluse

Par Jean Giroud, R. & M. Michel

 

ordres-religieux-cavaillon.jpg

Les ordres religieux à Cavaillon

Par Jean Giroud

 

andre-dumoulin-cavaillonLes puits et fosses  de la colline Saint-Jacques à Cavaillon

Par André Dumoulin

En savoir +

 
 

santons-saint-veran.jpg

Les santons en cire de Saint Véran

Par Les Amis de la Cathédrale et du Vieux-Cavaillon

 

sculptures-lafitte.jpg

Les sculptures de Jean-Baptiste Lafitte à la Cathédrale de Cavaillon (1860)

Par Les Amis de la Cathédrale et du Vieux-Cavaillon

-

les-vigneres.jpg

Les Vignères

Par Nicole Balsan, Michèle Comte, Jean Giroud

François Guyonnet & Nathalie Salles

-

louis-comte.jpg

Louis Comte, paysan, photographe

Par Robert Forniès & Charles Sylvestre

 

mourir-cavaillon.jpg

Mourir à Cavaillon

Par Jean Giroud

 

14-18-nos-soldats-temoignent-jean-giroud

14-18 Nos soldats témoignent

Par Jean Giroud

En savoir +

 

per-la-glori-dou-terraire-cavaiounen.jpg

Per la glori dou terraïre cavaiounen

Petite histoire du félibrige cavaillonnais

 

thomas-l-apothicaireThomas l'apothicaire

Par Jean Giroud

En savoir +

 

Ouvrages d'auteurs cavaillonnais

 

pierre-mazeaudPierre Mazeaud, l'insoumis

Par Olivier Guillaumont

En savoir +


Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 11:35

Par Jean-Claude Pieri                                                1e partie  2e partie 


  8/ LE DEROULEMENT DES FETES 

 

De 1937 à 1939, les fêtes se déroulent sur quatre jours au mois de juillet. Lors de la reprise, en 1945, leur durée est raccourcie à trois jours. Comme la plupart des fêtes votives, celle de Castil-Blaze propose les habituelles animations qui amusent petits et grands : mât de cocagne, courses de brouettes, de sacs, de tonneaux, de chevaux de bois, de carrioles, etc. Quelques attractions foraines s'installent dans la cour de l'école de filles (manège enfantin, stand de tir, auto tamponneuses, etc.).

En soirée, se succèdent apéritif-concert, bal public sans oublier la traditionnelle retraite aux flambeaux animée par les fanfares réputées que sont « L'Amicale Avant-garde Cavaillonnaise », « Le Rallye Cavaillonnais » ou encore « La Sirène Chevalblanaise ». Lors de la dernière soirée, un grand feu d'artifice illumine la place.

Pendant toute la durée des fêtes, se déroulent de nombreux concours de boules au cours desquels s'affrontent les meilleurs joueurs de la région. Ils sont organisés par « La Boule Joyeuse de Castil-Blaze », chère au président Claude Maréchal, monsieur le Maire.

Les revendeurs locaux de TSF (Claudet, Roche, Félix) assurent la radiodiffusion quotidienne des événements, entrecoupée par les chansons dédicacées du « Disque des Auditeurs ». Le photographe Jacques Chardon en filme le déroulement et le projette ensuite aux Cavaillonnais lors des séances du ciné club local dont il est le président.

 

Chaque année, pour rendre les fêtes plus attractives, le Comité propose de nouvelles animations farfelues et délirantes qui attirent de nombreux spectateurs enthousiastes. En 1937, sur le cours Gambetta se déroule une grande course de triporteurs disputée par tous les garçons-livreurs des commerces locaux utilisant ce curieux tricycle. C'est la première fois qu'une telle compétition est proposée aux Cavaillonnais. En 1939, un concours de grimaces permet de découvrir les talents cachés des jeunes bambins de la place ainsi qu'une illustration tout à fait réaliste du célèbre refrain de l'hymne montmartrois « Monte là-d’ssus, tu verras... » !

 

course-de-triporteurs.jpg

concours-de-grimaces.jpg

Course de triporteurs Concours de grimaces

 

L'année 1945 est marquée par deux événements, l'un sportif, l'autre officiel. Tout d'abord, dans la matinée, se dispute une grande course des garçons de café de la ville, remportée par l'équipe du « Grand Café d'Orient » dont le propriétaire est le sympathique et jovial Paul Mézard.

 

course-des-garcons-de-cafe.jpg

cafe-d-orient.jpg

Course des garçons de café Mézard et son équipe

 

Puis en fin de soirée, a lieu l'inauguration du second buste de Castil Blaze. Cette réplique en pierre, œuvre également du sculpteur Frédéric Viau, fut érigée en août 1942 pour remplacer le buste en bronze réquisitionné pendant la seconde guerre. La cérémonie se déroule en présence du sous-préfet, de la municipalité de la Commune Libre au grand complet et de nombreuses autorités et notabilités cavaillonnaises. C'est le félibre vedénois Marcel Mitan qui prononce le discours inaugural. 

inauguration-du-buste-de-castil-blaze.jpg

Inauguration du buste de Castil Blaze

 

En 1947 se dispute le premier grand prix de patins à roulettes ouvert aux enfants âgés de neuf à quinze ans. Les concurrents partent et arrivent à Castil-Blaze, après un périple par la place et la rue Gambetta. L'équipe de Castil-Blaze avec dans ses rangs les jeunes Charles Galliana, Émile Morlot, Bernard Bressy, Pierre Louet, etc., fait figure de grande favorite devant celles de Saint-Charles, de La Mairie, de l'Abreuvoir, etc. Mais, au final c'est un jeune Robionnais qui remporte l'épreuve !

 

patineurs-de-castil-blaze.jpg

recompenses.jpg

Les patineurs de Castil-Blaze L'heure des récompenses


Les spectateurs assistent également à un original concours de... triplés ! L'heureuse famille qui présente les trois plus beaux enfants se voit remettre le premier prix d'un montant de cinq cents francs (vingt six de nos actuels euros).

Cette même année toujours, dans la journée du lundi, se tient sur la place une foire commerciale et agricole avec notamment un marché à la volaille et aux escargots. Durant des années, cet éventaire deviendra le grand rendez-vous hebdomadaire des fermiers de la région avant de disparaître victime de l'urbanisation du XXIe siècle. 

marche-a-la-volaille.jpg

Le marché à la volaille (Ph. AM Cavaillon)

 

Lors de la fête de 1948, la place sert de théâtre à la reconstitution parodique du célèbre épisode de l'Histoire de France : « Clovis et le Vase de Soissons ». Dans la version castilblazienne, le maire-druide Claude Maréchal et ses Francs-Bigophonistes s'apprêtent à se partager le (bien maigre) butin pillé chez les commerçants de la place : ustensiles ménagers de la Maison Thomassin et paquet publicitaire géant de cigarettes « Celtique » de chez l'ami Cespo ! Quant à la célèbre relique d'argent de l'histoire, force est de constater que les siècles en ont altéré l'éclat ! Contrairement à nos manuels scolaires, le soldat belliqueux et revendicatif connaîtra un sort moins tragique que celui de son prédécesseur !

 

vase-de-soissons-avant.jpg

vase-de-soissons-apres

Le Vase de Soissons avant...
et après ! (Ph. Coll. M. Berguet) 

 

En 1950, à l'occasion du quinzième anniversaire de la Commune Libre, « Le Petit Castil-Blaze » annonce que « le dimanche 2 juillet, dans le coquet quartier de Castil-Blaze, éclatera un grand BOUM ! ».

Cinq grandes épreuves sportives sont en effet programmées ce jour-là et tout au long de la journée, entre la rue Pasteur et la rue Gambetta, la place se transforme au fil des heures en autant de terrains de compétitions.

Dès neuf heures, ont lieu des courses de poneys réservées aux enfants âgés de six à huit ans. Organisées par « L'Écurie Lassalle » (cours Gambetta) elles se disputent par catégories d'âge, entre la rue Gambetta et la place, aménagées en hippodrome !

À onze heures, est donné le départ du quatrième grand prix de patins à roulettes, remporté (enfin) par l'équipe de Castil-Blaze dans une ambiance survoltée.

À quinze heures, « L'Étoile Sportive Cavaillonnaise » organise un grand critérium cycliste auquel participent quelques-uns des meilleurs coureurs régionaux parmi lesquels, l'enfant du pays, René Milhaud, propriétaire du « Café Glacier », sur le cours Gambetta. Le matériel est gracieusement fourni par Jean Fonticelli, marchand de cycles bien connu de la place de la Mairie. Sur un circuit aussi réduit, les concurrents deviennent de véritables casse-cous !

À dix-sept heures, se déroulent de spectaculaires courses de scooters, présentées par Roger Maynard, spécialiste en cycles et motos, avenue des Écoles (actuelle rue Victor Basch). Des épreuves de vitesse, poursuite, fond, kilomètre contre la montre sont inscrites au programme, garantissant au public des moments de frissons et d'émotions fortes.

Le lundi en fin de soirée, le jeu radiophonique « Miss d'un jour », parodie la célèbre émission radiodiffusée « Reine d'un jour » du populaire Jean Nohain. À cette occasion, la miss de l'année reçoit de nombreux cadeaux de la part des commerçants de la place.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 06:14

pierre-mazeaud.jpgLe jeune Cavaillonnais Olivier Guillaumont publie un livre qui intéressera peut-être les lecteurs de notre blog. Afin que vous puissiez en juger, vous visualiserez l'ouvrage en cliquant ci-dessous sur le lien des « Editions Guérin ». Vous y verrez aussi le déroulement de la construction du livre sous la forme d'un film intitulé « Naissance d'un livre ».

 

Une présentation du livre est prévue le samedi 2 juin 2012 à 18 h 00 par l'auteur à la librairie Le Lézard Amoureux à Cavaillon, 28 boulevard Emile Zola.

 

Le livre sur le site des Editions GUERIN

 

pierre-mazeaud-olivier-guillaumont.jpgOlivier Guillaumont et Pierre Mazeaud

Partager cet article

Repost0
12 mai 2012 6 12 /05 /mai /2012 13:04

inauguration-cours-gambetta.jpgLa 1e phase des travaux du cours Gambetta vient de s'achever. A cette occasion, les commerçants du cours organisent une journée festive le samedi 12 mai, avec la participation des associations de la ville. Au programme : mise en eau du canal, assiettes tapas à 3 euros le long du cours, animations musicales, course de garçons de café et grande soirée Disco... L’association Cavaillon Action Commerce vous invite à venir découvrir ces animations :

 

Samedi 12 mai 2012 à partir de 11 h 00

sur le cours Gambetta

Partager cet article

Repost0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 10:00

Association « Orgue en Avignon »

Le Jour de l'Orgue en France  17, 18, 19 et 20 mai 2012

 

Cette manifestation est initiée par l’association Orgue en France. A cette occasion, les organistes, qu’ils soient professionnels, amateurs ou étudiants, les facteurs d’orgue, les associations et les classes d’orgue uniront leurs efforts pour valoriser le patrimoine organistique français à travers de nombreuses manifestations qui pourront notamment être visibles sur le site Internet d’Orgue en France.

 

Jeudi 17 mai à 11 h 30

Eglise Saint-Ruf d’Avignon

Concert d’orgue

Patrice Lorin, orgue

 

Vendredi 18 mai à 20 h 30

Eglise du Pontet

Concert d’orgue

Régis Foucard, orgue

 

Samedi 19 mai à 16 h

Cathédrale de Cavaillon

Concert d’orgue 

Marie Escoffier, Chantal Lamoureux, Frédéric Barrot, Frédéric Monier, orgue

 

Samedi 19 mai à 18 h

Eglise de Caumont-sur-Durance

Concert d’orgue

Marie Escoffier, Chantal Lamoureux, Frédéric Barrot, Frédéric Monier, orgue

 

Samedi 19 mai à 20 h 30

Eglise Notre-Dame de l’Observance de Carpentras

Concert chœur et orgue de Haendel à Queen

Les Berlinger’s – Ensemble Vocal du Conservatoire de Carpentras

Jacques Rey, orgue accompagnement du chœur

Frédéric Durand, direction Luc Antonini, orgue soliste 

Organisé dans le cadre de La Route des Orgues

 

Dimanche 20 mai à 11 h 30

Métropole Notre-Dame-des-Doms d’Avignon

Concert d’orgue

Marie Escoffier, Chantal Lamoureux, Frédéric Barrot, Frédéric Monier, orgue

 

Dimanche 20 mai à 14 h 30

Eglise Saint-Didier d’Avignon

Concert d’orgue

Frédéric Barrot, Frédéric Bentz, orgue

 

Dimanche 20 mai à 16 h

Collégiale St Agricol d’Avignon

Concert hautbois, violoncelle, percussions et orgue à deux et quatre mains

Transcription pour percussions et orgue de Pierre et le Loup de Serge Prokofiev.
Du Quatuor pour la fin du Temps d’Olivier Messiaen : Louange à l’Eternité de Jésus
et transcriptions pour orgue d’œuvres de Debussy, Poulenc...
Patrice Barsey, hautbois Marie-Françoise Bonin-Antonini, percussions Walter Grimmer, violoncelle Lucienne Antonini, Luc Antonini, Jean-Pierre Lecaudey, orgue

Organisé dans le cadre des Journées Messiaen

Partager cet article

Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 14:19

Actions de sauvegarde

 

Le pont-aqueduc de la Canaù

Protection au titre des Monuments Historiques

En savoir +

 

Actions de mise en valeur

Voyages au centre de la toile

Exposition du 17 septembre au 5 novembre 2011

En savoir +

 

Restaurations

Le tableau de la Crucifixion

 

Accrochage de la Crucifixion

Le tableau de la Crucifixion retrouve la cathédrale

 

La chapelle des évêques

L'autel de la chapelle des évêques

Le tabernacle de la chapelle Sainte-Marie-Madeleine

 

Bon de souscription

Peintures murales dans l'église Saint-Paul à Cheval-Blanc (84)

 Recto   Verso 

 

Les peintures murales de l'abbé Roy à Cavaillon et Cheval-Blanc

Partager cet article

Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 14:18

La chapelle de l’hôpital de Cavaillon et l’église de Cheval-Blanc ont en commun de posséder des peintures murales figuratives réalisées par l’abbé Marcel Roy vers le milieu du XXe siècle, peintures qui, par le plus grand des hasards, font aujourd’hui l’objet de projets de restauration.

La chapelle de l’hôpital fut construite en même temps que l’établissement hospitalier inauguré en 1907. Elle comprend une nef séparée du chœur par un arc triomphal sur le haut duquel est peinte en grisaille sur un fond sombre la montée du Christ au calvaire, tombant sous le poids de la croix que deux hommes l’aident à porter. A l’arrière plan, un cavalier tenant une lance contemple la scène. Sur la gauche, trois femmes de profil dont deux agenouillées tendent les bras vers le Christ. A droite, deux hommes lui jettent des pierres qu’ils tiennent dans la main. Une inscription (« avec lui » et « en lui »), sous chacun des groupes.

L’église de Cheval-Blanc fut à l’origine une chapelle rurale édifiée vers 1650, élevée au rang d’église paroissiale en 1744 puis peu à peu agrandie et dotée d’un clocher en 1851. Sur l’abside du chœur, entre deux fenêtres ornées de vitraux, une peinture représente le titulaire de l’église, saint Paul, terrassé sur le chemin de Damas, genoux à terre, lâchant de la main droite les guides de son cheval qui se cabre. Au-dessus, le Christ en gloire, peint dans une mandorle, entouré des symboles des évangélistes. Deux grandes frises partent du sol jusqu’à la voûte, dont une sur l’intrados de l’arc triomphal. Une frise horizontale est peinte à hauteur d’homme sur le soubassement du chœur. Ces figures sont peintes en camaïeu de jaune et de marron sur un fond beige clair.

L’auteur de ces peintures murales et leur date de réalisation nous sont connus pour Cheval-Blanc grâce à une feuille paroissiale écrite par l’abbé Vallien, curé de ce village, en 1947, dans laquelle il donne la chronologie des transformations qu’il apporta à l’église (1946 : décoration du sanctuaire, 1947 : édification d’un nouvel autel) et une lettre de remerciements adressée aux généreux souscripteurs.

Quant à Cavaillon, la chapelle de l’hôpital figure dans la liste des œuvres de l’abbé Roy dressée à l’occasion d’une exposition à Avignon en 2000, sans mention de la date d’exécution. Il est possible que ces peintures aient été faites pendant son séjour à Cavaillon (1943-1947), ou lors de la construction de la chapelle Sainte-Bernadette dont il réalisa les vitraux (1960).

 

Le catalogue de cette exposition nous donne quelques notes succinctes sur la vie et l’œuvre de l’abbé Marcel Roy (1). Né le 5 avril 1914 à Avignon, il entre à l’école des Beaux-Arts de cette ville et prolonge ses études à l’Académie de Bruxelles, puis exerce le métier de peintre décorateur.

Sous l’occupation allemande, il s’engage dans l’équipe des cahiers de Témoignage Chrétien, mouvement clandestin de résistance de 1941 à 1944. Il entre au grand séminaire d’Avignon et est ordonné prêtre en 1943, avec une première fonction de vicaire à Cavaillon d’octobre 1943 à juillet 1947.

Nommé en 1951 aumônier du Pensionnat des Frères des Ecoles Chrétiennes, il est mis en 1957 à la disposition du petit séminaire. Il est délégué à la culture en 1982. Il décède le 15 juin 1987.

L’art monumental tient une grande place dans l’œuvre de l’abbé Roy :

- peintures murales au petit séminaire d’Avignon, chapelle du couvent de l’Immaculée Conception, Notre Dame de Lumière, maison des prêtres de Béthanie ;
- vitraux des églises du Sacré-Cœur et de Saint-Joseph à Avignon, Notre-Dame de la vigne à Cairanne, chapelles de la clinique Masquin, du Mont Serein, du séminaire Saint-Roch à Montpellier, etc.

L’archevêché d’Avignon possède plusieurs tableaux peints par l’abbé Roy. Il participa à de nombreuses expositions, dont le Salon International d’Art sacré à Paris en 1983, et exposa à la Chapelle du Grand Couvent à Cavaillon en 1977.

Prêtre et artiste, l’abbé Roy confiait à une revue en 1987 : « Quand je peins, je crée quelque chose de nouveau, mais il n’y en a qu’un qui est créateur, c’est Dieu… alors en créant, je conjugue le Verbe et mon action devient divine ».

Il faut souhaiter que la restauration des peintures murales de Cavaillon et Cheval-Blanc soit une occasion de redécouvrir ce prêtre et artiste exceptionnel que fut l’abbé Marcel Roy. Ses peintures sont de plus les seules peintures religieuses faites à Cavaillon et Cheval-Blanc au XXe siècle.

(1) « L’art religieux au XXe siècle en Avignon, chapelle de l’Oratoire, 7-17 septembre 2000 »

Raymond Escoffier

Partager cet article

Repost0
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 07:57

Merci aux personnes qui nous ont envoyé les photos et cartes postales ci-dessous.


cavaillon-sous-la-neige-01

Cathédrale Saint-Véran

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-02.jpgCathédrale Saint-Véran

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-04.jpgCloître Saint-Véran

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-14.jpgCloître Saint-Véran

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-09.jpgCadran solaire

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009
 

cavaillon-sous-la-neige-03.jpgPlace Gambetta

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-05.jpgArc romain

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 
cavaillon-sous-la-neige-07.jpgBuste de Castil-Blaze

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-11.jpgMontée César de Bus

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-10.jpgChapelle Saint-Jacques

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 

cavaillon-sous-la-neige-13.jpgCampagne des Vignères

Photo Luigi Rinzivillo

Décembre 2009

 
cavaillon-sous-la-neige-19.jpgPlace Castil-Blaze

Carte postale

14 janvier 1914

Météo Passion

 
cavaillon-sous-la-neige-20.jpgPlace Gambetta

Carte postale

1914

Partager cet article

Repost0

Nombre de visiteurs

depuis le 01/11/2010

Rechercher